vendredi 27 mars 2020

Faouzia Hicheri ,xylographe


                               
                                        
                                      Faouzia Hicheri, xylographe

                                                                                 
Née en 1946 à la ville côtière de Nabeul, Faouzia Hicheri entre à l'Ecole des Beaux-Arts de Tunis en 1972. Elle s'initie à l'art de la gravure dans l'atelier de Khalifa Chaltout (1). Munie de son diplôme en 1976, elle obtient quatre année plus tard une maîtrise en esthétique de la gravure à l'Université de Paris I. Elle se perfectionne dans cette spécialité en séjournant, de 1978 à 1980, à la Cité des Arts de Paris où elle présente une série de xylographies de format réduit illustrant le thème de "la femme tunisienne". Dès son retour en Tunisie, elle anime l'atelier gravure à l'Ecole des Beaux-Arts de Tunis (1981-2012) puis, durant les dernières années de sa carrière d'enseignante,  à l'Ecole des Beaux-Arts de sa ville natale Nabeul. (2)

 Sa toute première exposition se  tient en 1978 à la galerie Ibtissem. Des années durant, elle participe régulièrement à plusieurs manifestations  nationales et à travers le monde, notamment en Bulgarie (1987) et au Maroc (1990), expérimentant aussi bien la technique de la gravure sur bois de bout que celle de la taille-douce.




                                                        "Ombre", Gravure sur bois et acrylique (60x50 cm), 1985

                                                    
                                 
Sous le titre « Genèse, évolution et maturité d’une xylographie », une série de  compositions monumentales sont réalisées par l'artiste et exposées au cours du mois de juillet 1992  à la galerie Blel (Menzah V). Il s'agit de matrices empreintes sur papier chiffon et enduites d'encre pâle dans une dominante de gris-bleu. Des figures lumineuses dépouillées ou vêtues  de costumes traditionnels sont saisies dans les nuances les plus subtiles. En choisissant comme thème de prédilection "la femme tunisienne",  Faouzia Hicheri mêle à ses personnages toute sorte d'éléments puisés au fond de notre patrimoine: tatouages, fibules,  signes berbères... (3)


                                                      

                                               Gravures sur bois exposées à la Galerie Blel


Réunissant une multitude de gravures réalisées sur bois ou sur plaque de zinc ou de cuivre, elle présente ses œuvres à la Triennale internationale du graphisme en Egypte (1997). En août 2010, elle participe à l'exposition "Hommage à la création féminine" organisée à la galerie Blel. Plusieurs artistes femmes partagent les cimaises et la diversité de leurs styles constitue ainsi une variété d'expériences originales et multiples.



(1) Pour plus d'information concernant l'atelier de gravure à l'Ecole des beaux-arts de Tunis, cf. Claude Guenard : "L'atelier de gravure et la diversité des techniques employées", Institut technologique d'art, d'architecture et d'urbanisme de Tunis (service de publication), 1984. 


                                     

                                 L'atelier de gravure en 1984, photographie Claude Guenard

(2) Parmi les artistes graveurs  diplômés de l'Ecole des Beaux Arts de Tunis et qui ont poursuivi leur formation en France : Khélifa Chaltout, Gouider Triki, Mohamed ben Miftah, Bakir ben Fraj et Hédi Labbane.

(3) Cf. Kh. Lasram : Faouzia Hicheri, xylographe, in journal "Le Temps", 12 Juillet 1992, p. 9.            









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire